Première sous le soleil, première panne, première gamelle, bien arrivé

Un départ de bonne heure depuis chez Héliette et  Jeannot, mes parents. C’est en puisant dans l’association de leurs qualités respectives parfois opposées mais souvent complémentaires que je réussi très certainement à réaliser ce que je fais aujourd’hui.

Départ de bonne heure, vers 7 h 30 avec les premiers rayons de soleil qui pointent le bout de leur nez au dessus des collines environnantes.

Une première heure tranquille, le temps de mettre la machine et l’homme en route pour arriver en haut du premier petit col à la sortie de Labastide Rouairoux.

Le soleil, plus haut dans le ciel devint généreux. Je me contente de consommer ce que les panneaux me fournissent. C’est largement suffisant pour rouler autour des 30 km/h sur le plat.

St André de Sangonis, première surprise, le GPS m’envoie sur l’autoroute, changement de parcours avec une première séquence de « jardinage » (détour d’une bonne vingtaine de km).

A la sortie de Pouget, première gamelle heureusement à l’arrêt, j’ai plus de talonnette à ma chaussure (c’est pas comme si je ne l’avais pas su, Domi me l’avait dit hier). Une belle glissage et me voici couché sur le flanc. sans dommage. La stucture est solide et les parties de porte vélo utilisées en renfort de l’édifice ont rempli à merveille leur rôle protecteur façon pare-cylindre chez BMW.

30 km plus loin, écran noir sur le tableau de bord, plus de moteur.  Première panne, décidément aujourd’hui j’inaugure. Après une heure passée à réparer (il s’agissait simplement d’un problème de connectique sur le support de batterie, une borne s’étant dessertie à cause des vibrations), me voici à nouveau en route.

Traversée de Montpellier toujours aussi galère, la trace GPS n’est pas bonne, la seconde séquence de « jardinage » commence. Je fais sensation au centre ville.

Lunel et la traditionnelle pause pinte de bière et sandwich, l’occasion de refaire le plein d’eau, il fait chaud et bien que je sois à l’ombre, je consomme beaucoup plus que mon moteur électrique.

Un petit coup de fil à Guillaume pour avoir une idée de la route qui m’attend jusque chez lui et je me recouche sur ma chaise longue hybride.

Traversée du nord de la Camargue par St Gilles avec une séquence surréaliste sur 4 km de voie express pas vraiment autorisée aux vélos juste avant d’arriver à Arles, ça bouchonne dur et je me paie le luxe de gratter toutes les voiture en passant sur la bande d’arrêt d’urgence.

A la sortie d’Arles, je prends la petite route ombragée vers St Martin du Crau. Plus que 35 km avant d’arriver chez Angélique et Guillaume, l’homme commence à être entamé, l’effet bière a disparu, la vitesse moyenne chute un peu…  La portion jusqu’à Istres avec le soleil rasant m’offre une magnifique palette de couleurs orangées.

20 h 45, me voici enfin arrivé. Super bien accueilli par mes hôtes. En prime une vue superbe sur l’étang de Berre.

La trace GPS du parcours au travers du Haut-Languedoc et de la Camargue.

Cliquez ici pour version animée inter-active  (dénivelé/vitesse)

 30 secondes en chaise longue solaire comme si vous y étiez

 

9 Réponses

  1. Waouh ! Un zeste impressionnant tout de même, il file effectivement bon train ton engin!

  2. Pas trop de vent ?

    • Bernard Cauquil

      Tu es un devin Did, aujourd’hui vent de face pendant plus de 120 bornes…. De Sorgues à Montélimar, je peux te dire que j’ai senti la différence.

  3. Tu approches de Cannes là …

    • Bernard Cauquil

      C’était pas faux, mais je ride vers la Suisse. Ce soir je suis du côté de Valence, le timing est serré…. Je fais autant de bornes par jour au guidon de mon Fennec solaire qu’au guidon de mon HD…. un comble

  4. salut bernard

    le president de la rue des 5 monts demande la date de ton retour

    pour organiser le repas des voisins
    il n’a rien compris de tes dates de voyage
    du soleil pour la batterie pour rentrer plus vite

  5. salut Bernard, c’est le Président qui te parle!!!!! A quand ton retour dans les Pyrénées Atlantiques?????

    • Bernard Cauquil

      Mon cher Président, je serais de retour au quartier lundi ou mardi prochain. Comme l’avais évoqué votre majesté « Le Président » dans mon garage, nous pouvons faire le repas du quartier des 5 Monts le tout dernier we d’août voire le premier de septembre. J’espère ne pas avoir froissé votre honneur en m’échappant subrepticement du quartier au guidon du Fennec des 5 Monts sans avoir tondu ma pelouse. Je sollicite une clémence extrême de la par du sieur Président pour cet impardonnable faute. A très bientôt Majectée

  6. Ha mon Bernard, je suis le feuilleton, rien qu’aujourd’hui et je suis à croc. Même les échanges avec tes voisins sont poilants. Que esté la fuerza contigo

Laissez un commentaire